Outil d’écriture : Organiser ses corrections avec Excel

Comment s’y prendre pour corriger le premier jet de son roman ?

Le NaNoWriMo va bientôt s’achever et, après un mois de fiévreuse rédaction, le mois de décembre est traditionnellement consacré aux corrections (si vous avez terminé votre manuscrit, bien sûr). Pourtant, quand on relit son texte et qu’on se rend compte de toutes les choses qu’on voudrait reprendre dedans, on peut vite se sentir complètement dépassé devant l’ampleur de la tâche. 

Par quel bout prendre les problèmes ? Faut-il d’abord réécrire cette fin qui ne fonctionne pas ou bien s’attaquer aux fautes d’orthographe qui font saigner vos yeux ? Si vous décidez finalement dans le chapitre 2 que le héros aura une barbe rousse et des tatouages, comment s’assurer d’y repenser quand vous corrigerez les chapitres suivants ?

Pour répondre à toutes ces questions, je vous propose un double outil.

Ecriture : Organiser ses corrections sur Excel


Faire la liste de ses corrections sur Excel

Tout d’abord, mon cher ami Excel que je vous ai déjà proposé d’utiliser pour construire votre plan, faire vos fiches de personnages ou vos fiches d’univers.

Pour accéder gratuitement aux modèles que j’ai construits sur ces sujets, vous pouvez vous abonner à ma newsletter mensuelle >> cliquez ici ! <<

Excel, c’est simple, vous allez l’utiliser pour faire une liste des remarques que vous vous ferez en relisant votre texte.

Pour organiser cette liste, créez d’abord 3 colonnes : « chapitre », « scène » et « à corriger » (je vous propose un modèle à télécharger à la fin de l’article). Ajoutez également une colonne « Fond / Forme ». Nommer cet onglet « Corrections« …

… Et puis créez-en un autre que vous appellerez « Darlings« , que vous pouvez aussi organiser en chapitre et en scènes si vous voulez (mais c’est moins important). Là, vous ne listerez pas les problèmes mais les choses que vous aimez dans votre manuscrit. Si, si, faites-le, j’insiste, c’est très important pour le moral ! 🙂 J’en parlais déjà dans cet article. Notez les tournures que vous trouvez chouettes, les personnages qui sont trop cools, les scènes qui vous font vibrer, celles où vous avez grave géré l’exposition, etc.

(Pourquoi « Darlings » ? En référence au célèbre conseil « Kill your darlings » (ou « Tuez vos chouchous« , comme l’a traduit Julien Hirt), un célèbre conseil donné par l’écrivain américain William Faulkner. Il recommande de supprimer sans hésiter les éléments que vous aimez dans votre texte mais qui ne lui apportent rien. Vous, vos darlings, vous en faites ce que vous voulez, mais au moins si vous en faites la liste vous garderez le souvenir de tous ceux que vous tuerez !)

Mais revenons à notre onglet « Corrections ». Relisez tranquillement votre manuscrit, chapitre par chapitre et scène par scène, en ayant votre fichier Excel ouvert à portée de main. Faites la liste de toutes les choses à corriger en indiquant le chapitre et la scène (ou autre, si vous utilisez un découpage différent). Une ligne = une chose à corriger.

Notez absolument tout, en essayant de ne pas perdre de temps à aller corriger directement votre texte (sauf pour les coquilles très rapides). Il peut être utile de préciser entre guillemets le passage auquel vous faites référence, pour ne pas vous perdre plus tard.

Et indiquez au passage dans la colonne « Fond / Forme » s’il s’agit d’une correction sur le fond (ce qu’il se passe dans l’histoire) ou sur la forme (la façon dont c’est raconté).

Personnellement, après avoir relu mon manuscrit Météorites, j’avais une liste de plus de 600 problèmes (joie).

Liste des corrections de "Météorites" sur Excel
Quelques exemples de mes corrections sur Météorites

Hiérarchiser les éléments à corriger

Vous voilà maintenant avec une belle liste de courses. Pour la suite, vous avez plusieurs façons de vous y prendre : soit de façon linéaire du début à la fin, soit par ordre d’importance. 

Pour illustrer, voici quelques exemples de choses que j’ai relevées :

  • Creuser la façon dont les 2 cultures de l’histoire se représentent les météorites : s’agit-il d’un simple objet scientifique ou d’un signe divin ? D’où viennent-elles ? Et si elles viennent d’ailleurs, qu’y a-t-il au-delà du ciel ?
  • Évoquer le climat tropical et la chaleur ambiante
  • Supprimer la redite de « il me semble »
  • Trouver des modèles de discours pour le rendre plus impactant
  • « À la surprise de leur majordome, l’extravagante soirée de Lord et Lady Orys commença sous les meilleurs auspices. » > bug, narration externe

Comme vous pouvez le voir, il y a des éléments d’importance très variables : certains n’affectent qu’une phrase et se corrigent en quelques secondes, d’autres peuvent avoir des conséquences sur toute une scène, voire sur plusieurs chapitres. Pour ne pas m’y perdre, j’ai donc eu envie de mettre un peu d’ordre dans tout ça. Et c’est là qu’intervient mon deuxième outil.

Etant une ancienne consultante, j’ai utilisé une matrice

(Oh là. Un peu de prudence.
Je suppose qu’il y a une certaine quantité de littéraires parmi vous alors je vous avertis : ne partez pas en lisant la suite de l’article !

Vous allez avoir peur. Mais ne paniquez pas ! Je vous promets que je ne parle pas de maths !)

Il s’agit de la matrice enjeux/accessibilité.
L’accessibilité, c’est à quel point l’élément va être long à corriger.
Et les enjeux, c’est à quel point il est important de corriger cet élément avant le reste.

Son principe est simple : voici un schéma pour vous l’expliquer.

matrice enjeux-accessibilité
Cette matrice vous permet donc de classer vos corrections en 4 types :

  • Ce qui est facile à corriger et important pour l’histoire (si, si, ça existe !)
  • Ce qui est compliqué à corriger mais important pour l’histoire
  • Ce qui est facile à corriger mais moins important
  • Ce qui est compliqué à corriger et moins important

Ajoutez donc une colonne « Accessibilité » et une colonne « Enjeu » à votre fichier, déterminez dans quelle case s’inscrit chaque élément à corriger, puis corrigez les éléments de chaque case l’une après l’autre.

Vous procédez dans l’ordre que vous voulez mais, en ce qui me concerne, j’ai fait de cette façon : bleu (pour se donner du courage au début avec des choses faciles), orange (parce que c’est important), violet (parce qu’à un moment il faut bien le faire) et jaune (pour me reposer sur la fin).

Et voilà ! C’est simple, non ?


Pour aller plus loin : affiner les étapes

En fait, comme l’organisation est ma passion dans la vie, je suis allée un cran plus loin dans le détail. Eh oui : un bloc de 600 corrections, même coupé en 4, ça donne toujours 4 gros blocs !

Au final, en faisant un découpage plus précis, j’en suis arrivée à 11 (ce qui pour le coup était peut-être trop, mais bon, je vous présente tout de même la méthode).

J’ai défini non pas deux mais quatre niveaux d’accessibilité :

  1. Facile, ne concerne qu’une seule scène, corrigeable en 5 minutes (par exemple, trouver un synonyme pour éviter une répétition) > cela concernait 305 éléments
  2. Accessible, concerne potentiellement plusieurs scènes, corrigeable en moins d’une heure (par exemple un élément de décor récurrent) > 222 éléments
  3. Compliqué : incohérence dans l’histoire, personnage secondaire à supprimer ou à étoffer, modification d’une scène > 56 éléments
  4. Monstrueux : erreur de narration sur plusieurs scènes, chapitre à réécrire > 16 éléments

Et j’avais trois niveaux de priorité :

  1. Prioritaire : Motivations d’un personnage à changer
  2. Récurrent : Eléments évoqués au début de l’histoire et oubliés ensuite (par exemple : personnages secondaires qui disparaissent)
  3. Pas prioritaire

Ensuite, j’ai croisé ces deux informations avec l’information « Fond / Forme » pour définir des étapes de traitement.
[J’ai choisi de traiter les problèmes de fond en premier parce que ça me paraissait plus logique (inutile de reprendre un mot si je dois revoir la phrase tout entière), mais tout le monde ne fonctionne pas de la même façon. En discutant avec d’autres auteurs, certains m’ont dit qu’ils préféraient évacuer d’abord les sujets liés à la forme. Cela peut être pertinent si vous faites beaucoup de fautes d’orthographes en écrivant et que ça vous déconcentre à la relecture.]

  • Etape 1 : problèmes de fond, monstrueux et prioritaires
  • Etape 2 : problèmes de fond, compliqués et prioritaires
  • Etape 3 : problèmes de fond, accessibles et prioritaires
  • Etape 4 : problèmes de fond, compliqués et moyennement prioritaires
  • Etape 5 : problèmes de fond, accessibles et moyennement prioritaires
  • Etape 6 : problèmes de fond, faciles et moyennement prioritaires + problèmes de forme compliqués

etc.


Traiter les corrections par étapes

Tout ça m’a donné en tout 11 étapes, la dernière concernant les problèmes de forme faciles à régler (j’en comptais plus de 200 mais un bon dictionnaire des synonymes suffisait à en traiter l’essentiel).

Ce chiffre de 11 est parfaitement arbitraire, il me permettait de découper mes 600 problèmes en suffisamment de petits paquets : pour vous, ça sera peut-être plus ou peut-être moins. Et au fur et à mesure de vos corrections, vous pouvez bien sûr décider d’ajouter des étapes ou au contraire d’en traiter plusieurs en même temps.

Pour être honnête, autant j’ai traité les premières étapes dans l’ordre, autant une fois que les plus gros chantiers étaient traités j’ai repris mon texte depuis le début pour faire une correction plus linéaire. Le système des étapes ne fonctionne que comme un guide, une suggestion, certainement pas comme une obligation absolue.

Une fois que vous avez défini vos étapes, c’est simple : il n’y a plus qu’à les exécuter dans l’ordre. Vous pouvez ajouter une colonne « Statut » à la fin du fichier et indiquer « A faire » pour toutes les lignes à traiter. Ensuite, pour chaque étape, j’ai procédé de la façon suivante :

  • J’ai filtré mon tableau pour ne sélectionner que les corrections de cette étape
  • Je les ai colorées en jaune
  • J’ai enlevé le filtre pour afficher les autres lignes (ça me permet de voir quelles autres réflexions je me suis notées sur la scène en question)
  • J’ai fait défiler ma liste jusqu’à arriver à la première ligne jaune
  • Une fois un problème traité, je passe la ligne en vert et j’indique « Fait » dans la dernière colonne du fichier
Corrections sur Excel-finies
Mais oui mais ouiiii, les corrections sont finiiies

Utiliser ce code couleur m’a permis de garder de côté certains problèmes sur lesquels je voulais finalement réfléchir un peu plus, en les laissant en jaune pour y revenir plus tard.
Il y en a même 2-3 que je n’ai au final pas corrigés car je préfère avoir l’avis de mes bêta-lecteurs avant de trancher.

Voilà pour la méthode. Plus facile à dire qu’à faire, évidemment ! Mais au moins je savais ce qui m’attendait, comment m’organiser, et combien de temps ça allait pouvoir me prendre. Ensuite, voir mon fichier se colorer peu à peu de vert était très gratifiant.


J’espère que ce système vous inspire aussi et qu’il pourra vous aider dans vos propres corrections !

Comme je le fais souvent, je vous propose un modèle Excel prérempli pour mettre en pratique ma méthode (cliquez sur le lien pour l’afficher). Vous pouvez l’afficher, le copier et en faire ce que vous voulez. La première ligne est un exemple pour illustrer.
Profitez-en : je donne accès à tout le monde pendant une semaine, après quoi il sera réservé aux abonnés de ma newsletter !

(Vous voulez vous abonner dès maintenant et accéder à plein d’autres bonus ?
>> cliquez ici)

N’hésitez pas à me dire si vous comptez l’utiliser et, surtout, si ça vous a été utile 🙂


Crédits image : Angelina Litvin on Unsplash

5 commentaires sur “Outil d’écriture : Organiser ses corrections avec Excel

Ajouter un commentaire

  1. Vraiment très utile, merci beaucoup d’avoir partagé ta technique !
    Les corrections, c’est ce qui me fait le plus peur, et j’avais déjà prévu de m’organiser d’une manière ou d’une autre pour ne pas me noyer, mais ton fichier Excel me mâche le travail !

    Aimé par 1 personne

    1. Roooh merci pour ton commentaire, ça me fait bien plaisir 😊 J’espère que ça te sera utile !
      J’avais très peur des corrections aussi avant de m’attaquer à celles de mon premier roman et finalement, c’est devenu ma phase préférée dans l’écriture. Je te souhaite d’avoir la même révélation ! Bon courage en tout cas 💪

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :