Outil d’écriture : Suivre sa progression avec myWriteClub

Comment rester motivé tout au long de l’écriture de ses histoires ?

L’écriture est un travail parfois ingrat. On passe de longs moments seuls face à son clavier, à enchaîner les mots et les pages en ayant du mal à voir l’autre bout du tunnel, et on n’a pas forcément une foule d’admirateurs qui nous acclame chaque fois qu’on parvient à terminer un chapitre. Pendant le mois de novembre, l’atmosphère du NaNoWriMo peut générer une émulation bien agréable, mais :

  • ça ne dure pas toute l’année
  • l’objectif du NaNoWriMo est arbitraire et très exigeant, avec 50 000 mots à écrire en un mois

 

Heureusement, une solution existe : myWriteClub.

Outil d'écriture : suivre sa progression grâce au site myWriteClub

Fixer vos objectifs d’écriture

myWriteClub est un site sur lequel vous pouvez vous fixer des objectifs d’écriture. Ces objectifs sont complètement libres. Vous pouvez déterminer au choix un nombre : 

  • De mots
  • De chapitres
  • De scènes
  • De tâches à faire
  • De pages
  • De lignes
  • Ou même un pourcentage

Il y a même une option « Autre » : vous pouvez donc suivre ce qui vous chante, le temps passé sur votre texte par exemple.

Vous définissez ensuite une deadline, et à partir de là vous vous pouvez mettre à jour vos résultats au fur et à mesure de votre avancée. Votre progression est matérialisée par une courbe, et vous pouvez voir quelles sont vos chances d’atteindre votre objectif à la deadline fixée.

Suivi de ma progression dans l'écriture de mon roman
Voici ma progression dans la réécriture de Météorites

 

myWriteClub n’est pas le seul outil qui permet de suivre des statistiques sur l’écriture : par exemple la plateforme d’écriture Scribbook, dont je vous parlais dans cet article, en donne aussi la possibilité.

Cependant, Scribbook est moins souple : on ne peut fixer que des objectifs en nombre de mots ou de signes. C’est donc un suivi qui est plutôt pertinent dans la phase de rédaction. Alors que l’objectif en nombre de pages est pratique quand on est sur une phase de relecture ou de correction.

Suivi de mon objectif de relecture
Regardez comme ça fait plaisir quand c’est terminé !

L’objectif en « tâches à faire », lui, peut servir dans la phase de préparation du roman.

Partager votre progression

L’autre atout de myWriteClub, c’est son côté communautaire : on peut y ajouter ses amis auteurs pour être informé de leurs progrès et les tenir au courant des nôtres. 

 

La notification se fait par un petit mail tout simple :

« Your friend Machin has made progress on their goal « Son super projet trop stylé » with a new total of XXX words! Go here to cheer them on! »

Et vraiment, recevoir ça au milieu d’une journée banale fait très plaisir 🙂 ça donne effectivement envie d’envoyer un message à ses amis pour les féliciter !

 

Participer à un Word Sprint

J’aime bien écrire des articles sur les outils que j’utilise, ça me fait toujours découvrir de nouvelles fonctionnalités ^^

En l’occurrence, en me baladant dans le menu de MyWriteClub j’ai trouvé qu’on pouvait participer à des compétitions d’écriture, les Word Sprints. Le principe est que chaque participant travaille sur son projet et est informé en temps réel de la progression des autres (en nombre de mots seulement, il n’est pas question de montrer votre texte à tout le monde). Tous les 100 ou les 1000 mots écrits, une petite étoile s’ajoute à côté de votre nom.

Les word sprints de myWriteClub

Ce qui est marrant, c’est qu’on peut organiser un sprint avec ses amis mais aussi rejoindre les sprints mondiaux qui regroupent tous les utilisateurs de myWriteClub tentés par le challenge. Un nouveau sprint démarre toutes les demi-heures et dure 25 minutes.

Le principe est qu’on écrit directement dans le navigateur (il y a un système de sauvegarde automatique, et on peut même la renforcer en connectant son compte Dropbox), on n’est donc pas dans les fioritures de la mise en forme. Mais ça peut être une bonne motivation quand il on a envie de faire avancer son texte.

Tout en simplicité

Contrairement aux grosses plateformes d’écriture, MyWriteClub n’offre pas beaucoup de fonctionnalités. Mais je trouve ça agréable : pas besoin d’installer quoi que ce soit, ni de copier-coller votre texte, ni de préparer des dossiers ou autre. Et c’est 100% gratuit.

C’est vraiment tout simple : un objectif, des mises à jour chaque fois que vous progressez. Vous pouvez l’utiliser quel que soit le stade où vous en êtes dans votre projet – même pour vos articles de blog ! Ça permet de savoir où est l’objectif, et de voir qu’on s’en rapproche petit à petit – ce qui, en écriture, est toujours réconfortant.

Alors, vous êtes partants ?

 

Psst : les lecteurs de ma lettre d’information, la StreetLetter, ont entendu parler de myWriteClub avant tout le monde ! Vous voulez plus de contenus sur l’écriture ? Inscrivez-vous ici.

 

Crédits image : Alexis Brown on Unsplash

Publicités

18 commentaires sur “Outil d’écriture : Suivre sa progression avec myWriteClub

Ajouter un commentaire

  1. Pour nuancer un peu les propos de mes VDD, je pense que ça dépend du fonctionnement interne d’un individu, et qu’il n’y a pas à se justifier pour utiliser ce qui semble le plus en adéquation avec notre pratique d’une activité. Personnellement, je n’emploie pas ces outils, parce que je n’en ressens pas le besoin. Mais si tu en as besoin pour structurer tes idées, te donner une deadline, t’octroyer des petits poussées d’adrénaline ou rompre ta solitude en concourant avec d’autres personnes, alors utilise-les. Pour moi, nous ne devrions pas parler de procrastination lorsqu’il s’agit de faire les choses d’une façon différente, peut-être plus « lente », mais qui nous satisfait mieux. Après tout, à quoi ça sert d’arriver à destination si on ne profite pas un minimum du voyage ? Bref, fais les choses à ta manière afin d’apprécier (dans les deux sens du terme) chaque étape de ton projet (oui, même la réécriture et les corrections ^^). 😉

    Aimé par 1 personne

  2. C’est fou tout ce qui existe maintenant, en la matière. Quand j’ai commencé à écrire, il y a une trentaine d’années, c’était dans de petits carnets, et puis, plus tard, sur la machine à écrire de ma mère. 🙂
    J’ai toujours été assez réticente face aux logiciels d’écriture, jusqu’à découvrir Scrivener, qui est intéressant pour dresser un plan et centraliser toutes les informations nécessaires à la rédaction du roman, et que j’ai utilisé pour mes deux derniers.
    Quant aux plateformes, je n’ai pas vraiment d’avis sur le sujet, car pas assez informée (je n’ai pas connu les forums d’écriture non plus, comme les… jeunes) pas spécialement tentée (il y a aussi une petite fenêtre « objectif » dans Scrivener), mais si ça peut en aider certaines ou certains à aller jusqu’au bout d’un projet, pourquoi pas ?

    Aimé par 1 personne

  3. « chaque marteau trouve son clou », dit le proverbe (que je viens d’inventer) ; donc, chaque outil trouvera son utilité (quitte à servir à autre chose, marteau /casse noix par exemple). Mais, pour suivre Julien Hirt, j’ai l’impression que multiplier les appareils à prendre la mesure de son écriture risque de devenir une façon de se regarder faire, plus que de faire. Une procrastination sophistiquée ?
    (mais bon, ça n’est pas à moi, qui scrute les pauvre stats de mon blog cinq fois par jour, de me poser en ennemi des stats 🙂 !!)
    Personnellement, écrire une ou deux pages de conte qui me plait à peu près me vide pour deux ou trois jours, et bosser une nouvelle pour un concours me prend un mois. Suis pas prêt pour le Nanowrtiting !!

    Aimé par 1 personne

    1. Alors c’est peut-être une forme de procrastination pour certains mais vraiment, je pense que ce n’est pas du tout le cas pour moi (et c’est pour ça que j’ai du mal à comprendre pourquoi ça vous chiffonne ^^). Toutes les fois où je me suis fixé des objectifs chiffrés et où j’ai suivi ma progression minutieusement correspondent aux périodes où j’ai été le plus productive.

      Aimé par 1 personne

    1. Ce n’est pas une question de me motiver à écrire, ça j’y arrive très bien. C’est plus pour lutter contre le sentiment que la période d’écriture est interminable, et que le jour où j’aurai un texte abouti que je pourrai faire lire à d’autres gens n’arrivera jamais.
      Et puis globalement j’adore les statistiques dans tous les domaines de ma vie 😉

      Aimé par 2 personnes

      1. Je le comprends très bien, et en réalité ma remarque était loin de concerner uniquement ton texte. Pris isolément, tous ces outils sont sans doute intéressants et même précieux pour certains auteurs. Par contre, je constate qu’il y a une tendance parmi les écrivains en ce moment à s’intéresser à toutes sortes d’outils d’analyse, bullet journals, logiciels d’écriture et autres techniques qui, pour moi, sont autant de diversions par rapport à l’écriture.

        Aimé par 1 personne

          1. Aucun problème avec les diversions. Naturellement, chacun, même celles et ceux qui écrivent, est libre de consacrer tout ou partie de son temps à faire toutes sortes d’autres activités qu’écrire.

            Ce qui me frappe, en l’occurrence, c’est que ces à-côtés ne sont pas présentés comme des diversions, mais comme des catalyseurs de l’écriture, voire même comme des parties intégrantes de l’acte d’écrire. Je ne vois pas les choses de cette manière et je trouve qu’un auteur qui souhaiterait écrire plus efficacement ne trouverait pas son compte en suivant ces conseils. Naturellement, je peux me tromper.

            Aimé par 1 personne

      2. pour rompre l’interminable longueur de la période d’écriture, pourquoi ne pas essayer les brèves, ou les contes en une page ?
        ou, telle Shéhérazade, une histoire « interminable » feuilletonnée jour après jour, et dont chaque tranche, chaque soir, trouve ses lecteurs ?

        Aimé par 1 personne

        1. Je suis vraiment vraiment nulle pour les histoires courtes, je n’aime pas spécialement en lire parce que je suis frustrée qu’on ne me laisse pas le temps de m’attacher à l’univers et aux personnages …
          En revanche j’aimerais bien m’intéresser aux contes (j’ai même ressorti un vieux livre de contes de quand j’étais petite ^^).
          Après, il y a aussi le fait qu’une fois que je suis lancée dans l’écriture d’un projet, je n’aime pas trop m’interrompre pour aller faire autre chose … A la fois parce que ça me « déconcentre », ça me sort de l’histoire que j’écris et j’ai plus de mal à m’y replonger ensuite, et parce que ça repousse encore plus le fameux objectif de la fin de l’écriture !

          Mais je note, je note. Il faudrait que j’essaie au moins pour voir. Merci 🙂

          Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :