Outils d’écriture #2 : Construire le plan d’un roman sur Excel

Voici, après les outils pour écrire au calme, la suite de ma série sur les outils d’écriture. Cet article s’adresse particulièrement aux auteurs qui se reconnaissent dans la catégorie des « architectes » (selon la distinction proposée par G.R.R. Martin) : ceux qui aiment faire des plans précis de leurs histoires avant d’attaquer l’écriture. Si ce n’est pas votre cas, vous êtes sans doute plutôt un « jardinier », mais je vous invite quand même à lire cet article, car on n’est jamais totalement l’un ou l’autre, et le plan peut avoir son utilité à différentes phases de l’écriture 😉 Lise Syven a d’ailleurs écrit une analyse très intéressante sur ce sujet.

Conseils et outils d'écriture : construire le plan d'un roman sur Excel

Pour planifier votre histoire, vous allez sans doute avoir besoin d’un outil pour structurer ce plan. Personnellement, je suis tout simplement passée par Microsoft Excel pour construire un tableur : c’est tout simple, mais ça m’a beaucoup aidée. Je l’ai fait pour deux de mes histoires, Chevalier et Météorites, avec une approche différente pour les deux.

La version basique : le plan de Chevalier

Quand j’ai commencé à écrire Chevalier il y a environ 10 ans (ciel), j’étais encore une jardinière : j’ai écrit quelques premières pages, puis deux ou trois chapitres de plus, avant de me rendre compte qu’il y avait le potentiel pour une véritable histoire derrière. J’ai noté quelques idées pour la suite et j’ai ensuite poursuivi l’écriture de façon assez spontanée.

En revanche, au moment de sortir cette histoire de la poussière et d’attaquer les corrections, je me suis rendue compte qu’il y avait des déséquilibres dans le scénario, qu’il fallait remettre les choses au clair, bref, j’avais besoin de mettre le plan à plat pour m’y retrouver. J’ai donc fait un tableau assez simple : en ligne les chapitres, en colonne les scènes.

Plan sur Excel de mon roman "Chevalier"
Plan des chapitres et scènes de Chevalier

L’avantage d’un tableur Excel, c’est qu’on peut très facilement le modifier. Par exemple, quand je me suis rendue compte que mon nombre de chapitres augmentait et que des phases assez nettes se détachaient dans mon roman, j’ai ajouté une colonne « Partie » tout à gauche. ​

A quoi tout ça m’a-t-il servi ?

  • À prendre du recul sur mon histoire et à mettre sa structure en évidence, tout d’abord en me contentant de détailler le plan de la première version que j’avais écrite. Découper les scènes permet de voir si un chapitre n’est pas trop léger ou trop riche : les plus courts comptent 3 scènes (surtout mes petits chapitres d’exposition du début), le plus long en a 6. Ce n’est pas un découpage extrêmement rigoureux, mais ça donne une idée. Ça permet aussi de vérifier qu’il se passe suffisamment de choses dans chaque scène et chaque chapitre
  • À rééquilibrer mes chapitres : ce n’est pas parce que vous faites un plan que votre histoire se fige, au contraire. Mon document Excel en est actuellement à sa version 10 : je n’ai pas arrêté de le modifier, de déplacer des événements, d’en supprimer, d’en ajouter surtout
  • À mesurer le travail qui m’attendait pour mes corrections : toutes les cases que vous voyez en beige dans le tableau sont des scènes qui ont été rajoutées par rapport à la V1. Autant, dans les premiers chapitres, on s’en sort (j’ai essentiellement rallongé des scènes existantes) … Autant toute la dernière partie a été réécrite !

Dernier point : ce plan m’a été très utile pour préparer mes corrections et aborder la phase principale de réécriture, mais une fois que j’avais ma nouvelle structure d’histoire bien en tête, je l’ai ensuite laissé de côté. Par exemple, je me rends compte en vous en parlant que je n’ai pas matérialisé la division du chapitre 20 en deux parties, mais ça ne m’a pas posé problème.

La version avancée : le plan de Météorites

Passons aux choses sérieuses ! 😀 J’ai travaillé l’histoire de Météorites bien plus en amont que celle de Chevalier pour une bonne raison : j’allais me lancer dans le NaNoWriMo et j’avais vraiment besoin de savoir où j’allais : quand on doit écrire 1666 mots par jour, on n’a pas forcément le temps de se prendre la tête sur la construction de l’intrigue (en tout cas, moi je n’y arrive pas).

Pour aborder ce NaNo, je m’étais lancée dans l’exercice de la liste de scènes dont parle la méthode des flocons (si vous ne connaissez pas cette méthode, je vous conseille d’y jeter un œil, c’est une technique d’écriture très intéressante – même si rien n’oblige à la suivre à la lettre). Ce que j’appelle « scènes » dans ce tableau, ce sont plutôt des chapitres. Comme vous pouvez le voir, j’ai pris le parti d’une approche beaucoup plus détaillée dans la construction de ce tableau qui recense :

  • Le n° de scène
  • Le POV (= Point of View,  personnage par les yeux duquel l’histoire est décrite)
  • Une description rapide, équivalente à un titre de chapitre
  • Les personnages impliqués
  • La localisation
  • L’intrigue
  • Le conflit principal
  • Des idées de dialogues et d’événements
  • « Meanwhile » : ce qui arrive aux autres personnages pendant ce temps

J’ai fait 3 onglets, un pour chaque partie du roman (sachant qu’au final, la 3ème partie va probablement devenir un tome 2.

Plan détaillé sur Excel de mon roman Météorites
Liste de scènes de Météorites

Ce plan m’a beaucoup aidée sur plusieurs points :

  • Construire mon histoire : j’ai été clairement « architecte » dans la préparation de ce roman, et poser clairement cette liste de scènes m’a permis de construire progressivement l’histoire autour des premières idées que j’avais. J’en suis à la 16ème version de ce plan, avec des changements plus ou moins importants de l’une à l’autre. Dans la toute première version par exemple (car oui, je garde tout), je n’avais en tête que 8 scènes pour la première partie et 5 pour la deuxième. Dans la dernière en date, on est passé à 14 scènes pour la première et … 33 pour la deuxième 😃
  • Ecrire le NaNo : j’aurais sûrement eu beaucoup plus de mal à écrire ces 50 000 mots si je n’avais pas pu me raccrocher à mon plan. J’avais besoin de savoir où j’allais et quelles étapes suivre pour pouvoir me consacrer complètement à l’écriture, sans me poser de questions existentielles. Cela dit, le plan n’a pas forcément besoin d’être très détaillée : il y a par exemple une des premières scènes qui a pour seule description : « Relations conjugales tendues », complétée par quelques idées de dialogues
  • Corriger mon texte : à présent que l’essentiel du travail sur Chevalier est derrière moi, je vais enfin pouvoir me consacrer à nouveau à Météorites ! *danse de la joie* Comme le premier jet est déjà long (un peu plus de 100 000 mots), je pense qu’avant de le relire, commencer par me replonger dans ce plan va me permettre de me remettre dans le bain plus rapidement. J’ai notamment des problèmes avec la structure de l’histoire, que je trouve un peu bancale, et je voudrais voir comment densifier l’intrigue au début en remplaçant mes scènes plan-plan par des péripéties un peu plus animées. Je dois aussi me repencher sérieusement sur mon tome 2 : actuellement, j’ai imaginé seulement 17 scènes, ce qui fait bien léger par rapport aux 47 du tome 1 ! Il faut que je retravaille ça, et je ne pourrai pas me lancer dans la réécriture du tome 1 sans avoir une idée claire de ce qui attend mes personnages dans le tome 2. Et ce travail va obligatoirement passer par le plan 😉

J’espère que cet article vous aura intéressé si vous êtes adeptes de la planification dans vos histoires ! La chose que je souhaite vraiment souligner, c’est qu’Excel est un outil à ne pas sous-estimer pour ce genre de documents, c’est vraiment très simple à utiliser et à modifier, que votre plan soit basique ou bien très riche en informations.

Cela dit, si vous utilisez un autre outil pour construire vos plans, n’hésitez pas à m’en parler en commentaire car je suis toujours curieuse !

PS : en complément de cet article, découvrez ma méthode pour construire des fiches de personnages sur Excel.

Crédits image : rawpixel.com on Unsplash

Publicités

14 commentaires sur “Outils d’écriture #2 : Construire le plan d’un roman sur Excel

Ajouter un commentaire

  1. Très intéressant! ça m’a rappelé une méthode que j’aimais bien et qui pourrais t’intéresser: la méthode des post-it de Blake Snyder (il en parle dans son livre sur le scénario). Basiquement, ça consiste à te faire des petites cartes que tu réarrange pour voir si ça marche ou ça ne marche pas 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Intéressant ! Je crois que je serais gênée par le fait de devoir raturer et de rendre les cartes illisibles à force de revenir en arrière et d’écrire mal 😉 ce que j’aime bien avec les outils comme Excel, c’est qu’on peut enregistrer ses anciennes versions au cas où mais garder le doc propre et clair

      J'aime

      1. PS : maintenant que j’y pense, des logiciels comme Scrivener ou Scribbook proposent des modes « tableau de liège » où on peut appliquer cette méthode pour avoir une vue synthétique des tableaux de scène. C’est assez pratique 🙂

        J'aime

  2. C’est un article qui fait vraiment plaisir. On a toujours tendance à chercher des outils de plus en plus perfectionnés pour écrire, alors qu’au final, tout ce dont on a besoin, on l’a déjà à disposition. À une période, je m’étais mis en tête que j’avais besoin de Scrivener, pourtant je n’ai jamais réussi à l’apprivoiser et à l’intégrer dans ma routine d’écriture. Parfois, les outils les plus simples sont les meilleurs. Merci de me le rappeler !

    Aimé par 1 personne

      1. Oui, je pense que c’est assez costaud comme logiciel mais qu’il faut être motivé pour apprendre à l’utiliser. Personnellement, l’interface ne m’a pas du tout donné envie d’investir du temps.

        Aimé par 1 personne

        1. Je comprends. Est-ce que tu connais Scribbook ? C’est un outil un peu similaire à Scrivener mais plus user-friendly, accessible en ligne, et dont le créateur (français) est très ouvert aux suggestions d’améliorations 🙂

          Aimé par 1 personne

          1. C’est pas mal parce qu’il y a un groupe Facebook où la communauté des utilisateurs peut interagir avec le fondateur ! Il y a quelques articles sur le net qui en disent plus sur les fonctionnalités, notamment sur le blog Mécanismes d’histoire il me semble

            J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :