Inspiration de personnages : la chanteuse de cabaret

Pour écrire cet article, je me replonge dans mes notes liées à mon roman Météorites avec une certaine émotion. Ce roman, né de morceaux d’idées vieilles de plusieurs années, mûri à partir de 2015 pour préparer son éclosion au moment du NaNoWriMo, et terminé à l’été 2016 (le premier jet, en tout cas) me manque énormément ces temps-ci. Tout mon temps libre d’écriture et mon énergie sont focalisés sur Chevalier pour finir les corrections en vue de le publier, et même si j’adore Chevalier et que je suis bien sûr surexcitée à l’idée de sa publication, je regrette de ne pas pouvoir me permettre de temps en temps de retrouver l’univers particulier de Météorites.

En particulier, certains de ses personnages.

Et parmi eux : Morgia, ma fabuleuse chanteuse de cabaret

 

Le personnage de Morgia (je m’en rends compte en relisant mes vieilles notes) avait été créé au départ avec essentiellement un rôle de guide pour mon héroïne principale, qui débarque dans un nouveau monde auquel elle ne connaît rien. Mais j’avais du mal à cerner ma Morgia, à lui créer une histoire, comprendre d’où elle venait, ce à quoi elle aspirait, etc.

Le déclic pour la création de sa personnalité est venu de la série Mr. Selfridge, une brillante série anglaise sur la création du grand magasin « Selfridge’s » et sur son fondateur, Harry Selfridge himself. J’aurais des pages et des pages à écrire sur tout ce que j’aime dans cette série (pour faire simple, si vous avez aimé Downton Abbey vous aimerez sûrement son pendant londonien), mais l’un des éléments qui m’a le plus fascinée est le personnage d’Ellen Love. Ellen Love est une demi-mondaine, une chanteuse qui se produit sur la scène d’un théâtre dans des petites comédies musicales à la mise en scène aguicheuse. Elle a un charme fou, c’est la starlette londonienne dont tous les hommes sont amoureux et à qui toutes les femmes rêvent de ressembler. Elle arrive rapidement à attirer Harry Selfridge dans ses filets, qui lui demandera de devenir l’égérie de son tout nouveau magasin.

morgia - ellen love

Ellen Love est présentée dans la série dans le cadre de l’une de ses représentations pour la chanson « New Girl« , où elle incarne une jeune et jolie secrétaire qui tombe amoureuse de son patron (je vous propose un lien pour écouter la chanson sur Spotify, car elle a malheureusement été supprimée de YouTube).

I know he thinks I’m quite efficient
But I hope he thinks I’m also rather sweet…
He’s everything I ever dreamed of
And when he gives dictation
I got this tingling sensation
I’m so happy to be his new girl

(J’adore cette chanson et je l’écoute en boucle)

Dans cette scène elle est irrésistible, mélangeant des airs d’ingénue et de femme fatale, un cocktail sulfureux pour la société londonienne d’avant-guerre. J’ai trouvé cette entrée en matière brillante, et pour ne rien gâcher le personnage se révèle encore plus intéressant et complexe dans la suite de la série. J’ai donc décidé de m’en inspirer pour le personnage de Morgia, qui a un rôle transgressif similaire puisque quand mon héroïne la rencontre, elle-même vient aussi d’une société très stricte et policée où l’idée de faire monter une femme sur scène en tenue légère est complètement inimaginable. Morgia est aussi une femme qui aime séduire et jouer de son image, au grand agacement de son fiancé jaloux.

morgia - ellen2
Je ne sais plus d’où vient ce montage, mea culpa, mais il n’est pas de moi

Voici, pour vous donner une idée, un extrait de la première scène où on la voit sur scène [sous réserve de toutes les corrections qu’il me reste à faire] :

    « Une musique rythmée s’éleva depuis le fond de la salle, et le lourd rideau pourpre s’écarta, révélant une scène inondée de lumière sur laquelle se tenait une jeune femme.
 Des applaudissements et des sifflets s’élevèrent pour saluer l’apparition. Piquante et l’air mutin, elle était blonde, deux plumes noires piquées dans ses boucles courtes. Son corset brillant dévoilait sa gorge et des jupons vaporeux gonflaient sa jupe à rayures. Ses bras étaient gainés de gants noirs et ses jambes de bas rouge. Quand elle entonna de sa petite voix une mélodie langoureuse, les marins se figèrent, bouche bée, tandis qu’autour d’eux le fidèle public de Morgia Sizélès s’enflammait.
 La chanteuse évoluait sur la scène avec aisance et naturel et taquinait les spectateurs, adressant à l’un une œillade, à l’autre un baiser du bout de ses doigts gantés. Elle jouait d’un air innocent avec les perles qui ornaient son corset, enroulait une mèche de cheveux autour de son doigt en lançant une note haut perchée, ponctuant le rythme de la chanson du claquement de ses talons. Lorsque la chanson prit fin et que les musiciens en attaquèrent une autre, la belle Morgia descendit de scène et poursuivit son spectacle entre les tables de la salle. Le jeu de séduction qui la liait à son public était familier et parfaitement orchestré : on l’acclamait, on sifflait, on en redemandait à hauts cris. Mais gare à qui s’égarait ou voulait tendre une main vers sa gorge dénudée ! Il se prenait aussitôt un violent coup en pleine mâchoire de la part de ses compères et se retrouvait renvoyé dans ses quartiers. On ne dérangeait pas Morgia. »

 

Une autre chanson qui a contribué à donner du corps à Morgia dans son rôle de chanteuse est « Devil’s Flesh and Bones« , d’Eliza Rickman (la version YouTube existe mais n’est pas parfaite, je vous recommande Spotify si vous l’avez). J’ai découvert cette chanson et cette chanteuse complètement par hasard mais j’ai immédiatement été séduite : ce rythme à la fois saccadé et lancinant, cette voix à la fois puissante et douce, c’était complètement Morgia. Les autres chansons d’Eliza Rickman sont très agréables aussi, mais celle-ci reste pour moi celle qui correspond le mieux au personnage.

morgia-satine

Dans la série cabaret, la dernière source d’inspiration pour Morgia est Satine, le personnage joué par Nicole Kidman dans mon film chéri Moulin Rouge. Cette fois c’est essentiellement une inspiration visuelle pour le style des costumes, car l’histoire de Morgia (heureusement pour elle) est très différente de celle de Satine, et leurs styles musicaux également. En revanche elles se rejoignent volontiers sur les corsets à paillettes 😉

Publicités

4 commentaires sur “Inspiration de personnages : la chanteuse de cabaret

Ajouter un commentaire

  1. J’aime bien Morgia! Merci pour ce partage. Je la vois très bien à travers ta description.
    C’est marrant comme on est beaucoup à être fasciné par cette idée autour de la chanteuse de cabaret, qui séduit mais qui a bien plus de facettes.
    J’avais aussi bien aimé ce personnage dans Mr Selfridge.
    J’ai aussi un personnage du genre, mais l’angle est différent.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! Je crois que c’est celle pour laquelle mes inspirations sont les plus claires, mais j’essaierai de faire le même travail sur d’autres personnages

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :