Ecriture : Le rôle des bêta-lecteurs

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une personne (ou, idéalement, de plusieurs personnes) qui est le meilleur allié de l’écrivain, une perle, votre guide dans la nuit, votre bâton de marche : le bêta-lecteur (ou bêta-reader, en VO).

Ecriture et corrections d'un roman : Le rôle des bêta-lecteurs
Bêtas, je vous aime

Qu’est-ce qu’un bêta-lecteur ?

Un bêta-lecteur (ou une bêta-lectrice) est une personne généreuse et désintéressée qui va prendre sur son temps libre pour relire votre texte en cours et vous donner son avis dessus. Le bêta-lecteur est une sorte de crash-test : il vous avertit sur toutes les les coquilles, les répétitions, les faiblesses d’intrigues et autres calamités littéraires avant que vous ne rendiez votre texte public.

A quoi sert un bêta-lecteur ?

Tout simplement à poser sur votre texte un regard extérieur et critique pour vous aider à l’améliorer.

Inutile de faire perdre son temps à un bêta-lecteur si vous n’avez pas l’intention de changer la moindre virgule, quoi qu’on vous dise. L’humilité est une qualité très salutaire pour un écrivain. Bon, il ne faut pas en abuser bien sûr (le syndrome de l’imposteur n’aide pas beaucoup à se motiver). Mais il faut être capable d’accepter une vérité irrémédiable : votre texte est imparfait. Faites-le relire. Vous avez la tête dans le guidon et il y a un millier de choses que vous n’avez pas vues.

Les éléments qu’un BL peut relever sont les suivants (la liste n’est pas exhaustive) :

  • Des remarques sur le fond :
    • Appréciation générale de l’histoire / envie de connaître la suite (c’est quand même un peu l’essentiel)
    • Appréciation de l’univers (surtout pour les textes de fantasy) : vous dire s’il paraît suffisamment dense, original et cohérent
    • Appréciation du rythme  : vous dire si l’alternance des passages de description, de dialogues ou d’action est équilibrée (notamment au début de l’histoire où on peut avoir tendance à trop insister sur l’exposition)
    • Équilibre global de l’histoire, des chapitres et des scènes, et progression du schéma narratif : vous dire si on a envie de tourner la page ou si on s’endort (attention, par exemple, à ne pas trop laisser retomber la pression après le dénouement)
    • Appréciation des personnages : vous dire s’ils sont attachants, sympathiques (ou au contraire, de parfaites ordures qu’on adore détester), suffisamment développés ou non, si l’on peut s’identifier à eux
    • Vous prévenir si certains passages ne sont pas clairs pour quelqu’un qui n’est pas dans votre tête
    • Vous alerter s’il y a des incohérences dans l’intrigue ou dans le traitement des personnages entre le début et la fin de l’histoire

  • Des remarques sur la forme :
    • Appréciation de la première phrase (TRÈS importante, la première phrase)
    • Vocabulaire trop simple ou trop alambiqué
    • Utilisation de clichés littéraires (une terrible plaie, surtout qu’on a tendance à ne pas remarquer qu’on les utilise)
    • Ton des dialogues incohérent avec le style de l’histoire
    • Mots ou expressions répétés trop souvent
    • Construction des phrases (si par exemple vous avez, comme moi, une addiction pour les virgules)
    • Fautes de français ou fautes de frappe

Comment choisir un bêta-lecteur ?

Vous pouvez faire lire votre texte à vos parents, votre amoureux(se) ou vos meilleurs amis, mais il y a des chances pour que leur avis soit un peu biaisé et qu’ils considèrent votre texte avec trop d’indulgence. Un bon bêta-reader est quelqu’un qui sera objectif et constructif.

  • Objectif : votre bêta-lecteur doit être capable de critique votre texte honnêtement. Votre texte en a besoin. S’il y a des défauts, inutile de se draper dans son orgueil : il faut les corriger, sinon vos « vrais » lecteurs délaisseront le livre avant d’atteindre la fin. Donc à vous de faire comprendre à votre BL que vous êtes prêt à encaisser les coups, et à lui (ou elle) de se montrer franc, comme s’il corrigeait le texte de n’importe qui. Bien sûr, il est recommandé de rester poli (la confiance en soi d’un auteur est une petite chose fragile) et de ne pas se contenter de dire « c’est nul ». Ce qui m’amène à mon deuxième point :
  • Constructif : le bêta-lecteur idéal est quelqu’un qui arrivera à vous aiguiller vers la bonne voie. S’il trouve votre premier chapitre faiblard, il vous dira par exemple que l’histoire manque d’enjeu, ou bien que votre héros est trop cliché, ou bien qu’on n’arrive pas à s’attacher à lui. Les raisons qui font qu’un texte est mauvais (ou au moins améliorable) sont infinies, et il est important de bien cerner ce qui ne va pas dans votre cas précis.
  • Enthousiaste : j’ai failli oublier ce dernier point tant son importance est évidente. Bien sûr, le BL n’est pas uniquement là pour signaler ce qui ne va pas : son rôle est aussi de vous dire ce qui lui plaît ! Les blagues qui le font rire, les descriptions qui le font rêver, les fins de chapitre où le suspense est insoutenable, les personnages qu’il adore, les fanfictions qu’il envisage déjà d’écrire … Car bien sûr qu’il y a du bon dans votre texte. Beaucoup, même. Et pour garder la foi, ne pas se décourager et continuer à écrire, c’est important de se rappeler que vous partez d’une base solide. Tout n’est pas à refaire. Et c’est justement parce que vous tenez le bon bout que vous devez à votre texte, et à vos lecteurs, de l’amener au niveau supérieur.

J’ai eu la chance de trouver 4 victimes bêta-lecteurs pour relire mon roman Chevalier quand j’ai terminé le deuxième jet. 2 d’entre eux ont terminé la relecture et les 2 autres m’ont fait des premiers retours sur les premières parties. Leurs commentaires sont Ô COMBIEN précieux et pertinents. Pour être honnête, c’est vrai que c’est parfois un peu décourageant de se rendre compte de tout le travail qui reste alors que je pensais en avoir fait le plus gros. Mais leurs compliments m’ont aussi fait chaud au cœur. Je sais que d’appliquer leurs conseils (ou au moins 80% d’entre eux) rendra mon texte bien meilleur, et c’est le plus important. Une fois le choc de la critique passé, c’est même un plaisir de révéler ce qui brille sous les scories.

Et vous, avez-vous déjà travaillé avec des bêta-lecteurs ? Avez-vous joué ce rôle vous-mêmes ?

PS : pour aller plus loin sur le sujet, découvrez mon article sur la façon d’intégrer (ou pas) les retours des bêta-lecteurs.

 

Crédits image : Photo by Brigitte Tohm on Unsplash

20 commentaires sur “Ecriture : Le rôle des bêta-lecteurs

Ajouter un commentaire

    1. Ah ça, ça doit être bien sympa et pratique en effet ! Je n’ai pas encore osé faire lire mes manuscrits au mien … 🙈 On verra une fois que mon roman sera officiellement publié

      J'aime

  1. Effectivement, cet article est formidable et motivant ! Tu me crois si je te dis qu’en dehors de quelques chapitres que j’ai fait lire à mon amoureux, je n’ai jamais osé partager mes écrits?! Je suis proprement terrifiée à l’idée d’avoir des retours négatifs, tout en étant persuadée que c’est la base. Que ce ne que comme ça que j’avancerai. Enfin, tout ça me fait prendre conscience que je dois à tout prix passer le cap, mais j’ai une question, toutefois… Tu saurais où en trouver des bêtas-lecteurs ??? (oh mon Dieu, quelle ingénue je fais! et dire que je donne des conseils d’écriture en ligne!!!)

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends mieux tes frayeurs 🙂 rassure-toi, je serais dans la même situation que toi si je n’avais pas eu la chance de rencontrer un groupe d’amis auteurs il y a longtemps. C’est tout à fait normal d’avoir peur des retours négatifs, ce qu’on écrit est une part tellement intime de nous ! Je pense qu’on n’accueille jamais les critiques d’un cœur vraiment léger, même avec l’expérience, même si elles sont constructives.
      Mais c’est (généralement) inévitable, et surtout on est vraiment heureux quand au second passage on arrive à faire mieux.
      Il vaut mieux affronter d’abord les avis d’un critique bienveillant que ceux d’un lecteur anonyme et sans égard !

      Pour trouver des bêta-lecteurs, je crois que le forum CoCyclics est précisément fait pour. Sinon tu dois pouvoir regarder du côté des communautés de Scribay, ou sur les forums du Nanowrimo. Je n’ai pas essayé personnellement de passer par là mais je pense que l’entraide marche bien entre padawans auteurs ! Si tu veux, tu peux sans doute demander à ce que les premières critiques mettent surtout en avant les côtés positifs de tes écrits, pour t’habituer à l’exercice.

      Bon courage petite ingénue ! 😘

      J'aime

  2. Je découvre ton blog après avoir suivi un commentaire que tu as laissé sur le blog auteur d’une collègue écrivaine (oui, je trouve que « collègue » est une façon amusante de le voir !). C’est drôle parce que j’ai moi-même fait un article sur les bêta-lecteurs, plus du point de vue « comment être un bon BL » que du point de vue de l’auteur, et je trouve que nos visions se rejoignent.
    C’est vrai qu’un bêta-lecteur peut apporter beaucoup de recul à un auteur et que cette aide est précieuse. Mais il est parfois difficile de trouver des gens à la fois constructifs et enthousiastes. On a tous dans notre entourage des gens enthousiastes, mais qui n’ont pas la volonté de nous aider à progresser. A l’inverse, il est facile de trouver des gens critiques, mais pas constructifs. C’est toujours une histoire de juste milieu !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! Tant mieux si nos visions se rejoignent et que je n’écris pas n’importe quoi ^^ Effectivement, je m’estime très chanceuse d’avoir réussi à trouver plusieurs BL qui réunissent ces qualités. Je crois que s’adresser à des gens qui écrivent également et/ou connaissent bien le milieu de l’édition est une bonne astuce.

      PS : très jolie photo de profil !

      Aimé par 2 personnes

      1. Oui, je pense que ça aide de s’adresser à des auteurs qui savent ce que c’est d’avoir besoin de retours bienveillants mais utiles. Mine de rien, il faut aussi trouver des gens qui ont du temps. J’ai déjà fait bêta-lectrice et si l’on veut faire les choses bien, c’est très chronophage. 4, parfois 5 lectures d’un même chapitre. Beaucoup de gens s’engagent par curiosité, parce qu’ils veulent lire ce qu’on écrit, mais ne sont pas prêts à s’y impliquer. ^^

        Mon blog : http://elodie-agnesotti.com (c’est un WordPress aussi !)

        Aimé par 1 personne

  3. Oui tu fais bien de le préciser ! Mais il faut d’autant mieux les choisir 😉 en tout cas ne t’inquiète pas, je suis très très reconnaissante des commentaires que tu m’as faits ❤️

    J'aime

    1. Merci !^^ Mais ne va pas croire que j’allais à la pêche aux compliments !
      Et pour compléter mon précédent commentaire, cette fois-ci je vais faire gonfler mes chevilles.
      Ce que j’aime dans la bêta-lecture, c’est le sentiment d’être utile, d’apporter ma pierre à l’édifice.
      J’avais prévenue que pour une fois, ce serait séquence grosse tête!

      Aimé par 1 personne

  4. Les bêtas, c’est la douceur de l’écriture. Quand on est lessivé, qu’on a envie de tout abandonner, ils sont là !
    Ce sont eux qui nous remettent les pieds sur terre lorsqu’on prend la grosse tête mais ce sont surtout eux qui nous sortent du gouffre lorsqu’on est persuadé de ne rien écrire de bon !

    Ce qui est marrant, c’est que non seulement j’ai le syndrome de l’imposteur pour l’écriture, mais je l’ai aussi pour la relecture ^^ Décidément, on ne me changera pas !

    Je rajouterais juste à ton article que les bêtas, c’est génial mais que c’est comme toutes les bonnes choses, il ne faut pas en abuser : à multiplier les bêtas, l’effet positif s’annule et on se retrouve perdu parmi tous les retours.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :